Cet été, nous avons eu la chance de passer du temps en milieu anglophone. Papa travaille en Ontario et nous avons pu aller le rejoindre un certain temps pour avoir une vie de famille plus “normale” et stable. Lorsqu’il travaillait, nous en avons profité pour  faire la tournée des parcs du coin et faire différentes activités. Nous avons rencontré des gens de différents milieux qui parlaient différentes langues. Ce sont de belles occasions pour discuter sur les différentes cultures du monde et de s’ouvrir à celles-ci. En étant à temps plein ensemble, nous avons eu la chance de reconnecter les uns aux autres d’une manière plus profonde et ça a fait un bien énorme!

constater les bienfaits

Apprendre au quotidien, naturellement

En décidant de rester à la maison avec mes enfants, j’ai eu l’occasion d’expérimenter au quotidien différentes philosophies et de trouver ma façon de faire en tant que parent. La voie que j’ai choisie naturellement est davantage de l’ordre de suivre le cours naturel des choses, sans trop forcer ou suggérer. Mes enfants jouent beaucoup librement ensemble. Au fil du temps, j’ai réalisé qu’ils apprenaient beaucoup les uns des autres et qu’en supportant ce qu’ils désiraient faire, tout était plus naturel et facile. Il m’arrive à l’occasion de leur proposer des activités, mais de manière vraiment moins formelle que ce que j’ai déjà fait alors que j’avais ma garderie en milieu familial. J’aime les voir utiliser leur créativité et un cadre flexible et libre leur permet de développer cet aspect plus facilement.

Opportunités de socialisation

Les vacances d’été nous permettent de se réapprivoiser, surtout avec notre premier qui était moins présent à la maison puisqu’il a fréquenté l’école de novembre à juin. En ayant plusieurs enfants dans la famille, il nous est possible d’apprendre les bases de toute socialisation. Nous travaillons nos compétences sociales au quotidien! Les chicanes, les disputes, les désaccords, les taquineries, les prises de décisions font partie intégrante de notre vie. Ce n’est pas toujours facile, mais tranquillement nous apprenons à vivre ensemble et à connaître les autres sous toutes nos facettes. De plus, en sortant fréquemment de la maison, nous rencontrons des différentes personnes avec lesquelles nous interagissons. Cela a permis à notre petit dernier d’apprivoiser tranquillement sa gêne, d’aller un peu plus vers les autres et de répondre plus fréquemment aux gens qui lui parlaient. La plus belle opportunité que nous avons eu a été de pratiquer notre anglais parlé au fil de nos rencontres.

Vivre une langue seconde pour l’acquérir, l’intégrer

Dans un ancien article, je partageais notre philosophie quant à l’apprentissage d’une langue seconde. Grâce à celle-ci, je savais très bien que nos enfants avaient une très bonne base en anglais. Par contre, le fait d’aller dans un milieu anglophone m’a fait réalisé à quel point leur apprentissage était beau! En échangeant avec des anglophones, le défi n’est pas le même qu’en parlant en anglais avec maman. Selon le tempérament de l’enfant, la gêne l’emportera plus ou moins sur l’envie de communiquer et l’utilisation de la langue se fera de manière plus ou moins facile.

 

Puisque chaque enfant est différent, j’ai constaté que mon plus sociable allait d’emblée vers les gens pour jaser avec eux et utiliser son anglais au meilleur de lui-même. C’était très intéressant de voir la confiance en lui dont il fait preuve dès le départ malgré le fait qu’il n’ait pas parlé anglais depuis longtemps. Quant à mon plus gêné, et le plus jeune, il ne désire pas communiquer dans une autre langue. Et c’est ok! J’ai tout de même remarqué qu’il comprenait ce que les gens disent et c’est un très bon début. Quant à mon plus à l’aise en anglais à la maison, il est un peu plus gêné en immersion et a un peu moins de faciliter avec les amis qu’il rencontre pour la première fois. Ces défis viennent jouer sur son aisance à parler anglais au départ. Par contre, lorsqu’il est à l’aise et s’entend bien avec la personne avec laquelle il interagit, il peut communiquer à la hauteur de ses capacités.

Vivre la concrétisation de l’apprentissage

Ces expériences en immersion me permettent de confirmer que les choix que nous avons fait par instinct étaient les bons. Il n’est pas évident de prendre du recul face à nos croyances et notre éducation personnelle pour les remettre en question lorsqu’on devient parent. Le cheminement que j’ai parcouru depuis que je suis maman n’a pas été toujours évident: prendre la décision de se consacrer à sa famille n’était pas dans les modèles que j’avais autour de moi. À présent, je suis très heureuse d’avoir fait ce choix, d’avoir vécu les expériences que j’ai vécues et d’avoir croisé la route des gens qui m’ont été d’une grande inspiration grâce à ce choix. Maintenant, je sais que ce qui est le plus important est de ne plus étouffer cette petite voix en moi tout en tenant en compte les besoins de ma famille. Nous en sommes tous plus heureux à travers les défis que la vie met sur notre chemin!

Partagez et suivez-nous!
0