La semaine dernière a été éprouvante et fatigante. J’ai passé beaucoup de temps, environ une dizaine d’heures d’heures, sur mon plan d’affaires.  Considérant que je n’en ai pas beaucoup à moi seule, dix heures représente beaucoup. Il faut dire que je suis une maman à la maison qui se lance en entreprise en ayant avec elle les deux plus jeunes à temps plein et devant sortir quatre fois par jour pour escorter son plus vieux lors de ses allées et venues à l’école. Je ne désire pas me faire plaindre à ce sujet, car ce choix je l’ai fait et je l’assume. J’ai décidé de me lancer, de mettre les bouchées doubles en prévision du moment où je pourrai suivre le rythme naturel de mon entreprise et profiter des efforts que j’investis présentement.

Présentement, j’en suis à l’analyse de mon marché et du sondage réalisé auprès de ma clientèle-cible. J’ai eu une très belle réponse à celui-ci: 67 questionnaires ont été complétés en l’espace de deux semaines. C’est très encourageant, mais d’un autre côté, c’est impressionnant. N’étant pas la plus grande business woman sur la planète, le fait de sentir que les gens sont enthousiasmés par mon projet m’enchante, mais m’amène à me mettre de hautes exigences envers moi-même.

Je dois donc prendre du recul et faire le point sur ce que je veux comme vie professionnelle, familiale et personnelle. Je dois tenter de définir mes idéaux en fonction des concessions que je suis prête à faire et des choses qui me tiennent le plus à coeur.

Ma mère m’a dit cette semaine: « tu n’es pas faite pour être une femme à la maison, tu es une femme de projets. » En un sens elle n’a pas tort, mais d’un autre côté, ça m’amène à me questionner: « Pourquoi je ne pourrait pas être maman à la maison et réaliser les projets que j’ai dans la tête? » « Pourquoi dois-je absolument faire garder mes enfants par une autre personne afin de réaliser mes projets? »

Et en jasant avec mon homme, il renchérissait en disant « Tu t’enlignes pour monter une multinationale avec ton ASP en lancement d’entreprise. Le but c’est de se faire un salaire sans faire un gros profit. » J’étais plus ou moins en accord avec ses propos, mais tout compte fait, il vient de mettre le doigt sur ce qui me chicotte:

« Pourquoi en 2015, sommes-nous obligés de viser le plus haut possible? Pourquoi réussir en entreprise ne signifierait-il pas être en mesure de se faire un salaire sans être  obligatoirement débordé? »

De mon point de vue, on nous présente les gens qui ont réussi comme ceux qui ont le plus gros salaire et/ou ceux qui sont les plus occupés avec une charge de travail énorme. Pourquoi les gens qui ont du succès ne pourraient-ils pas être des gens qui ont atteints leurs idéaux peu importe la portée de ceux-ci?

Réflexion faite, j’ai donc décidé de viser sur un rythme de vie plus coulant. Ayant été avec mes enfants à temps plein depuis les 4 dernières années, j’ai appris à savourer la liberté, à prendre davantage le temps de faire les choses. Ce mode de vie est parfait pour moi, car j’ai une grande facilité à ressentir ou à créer du stress alors que ce n’est pas nécessaire. D’autant plus que la vie de famille militaire comporte ses hauts et ses bas avec les absences prolongées de papa qui reviennent périodiquement au cours de l’année.

Oui, j’ai toujours plein de projets en tête et oui, je sais que je suis capable de les réaliser en établissant mes priorités (parfois avec l’aide, car en demander est un signe de force et non de faiblesse selon moi). C’est pourquoi mon projet entrepreneurial devra répondre à mon besoin premier de sentir que j’accomplis quelque chose d’utile pour ma clientèle-cible ainsi qu’à celui de rester à la maison pour m’occuper de mes petits pendant qu’ils ont le plus besoin de leur maman. La solution que j’ai trouvé se trouve par rapport à la production de l’entreprise. En modelant mon offre de produits et services de manière à répondre à mes besoins personnels tout en répondant à ceux de mes clients, il me sera possible de vivre le mode de vie auquel j’aspire.

Mon objectif pour la prochaine semaine: définir concrètement mon offre de service tout en travaillant mon plan marketing.

Mine de rien, les choses bougent, évoluent et avancent dans le sens qui me convient le mieux et me ressemble davantage je crois.

Advertisements

2 réflexions sur “Définir ses idéaux

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s