Dans le cadre d’un projet commun initié par Julie Duquette (du blogue Escargot et coquille) avec la collaboration de Julie R-Bordeleau, il a été demandé aux parents éducateurs de témoigner de leurs expériences de scolarisation à domicile. Le thème proposé traite de ce que la scolarisation à domicile représente pour eux (leur famille, leurs enfants), de ce que cela leur apporte et de comment ils la vivent au quotidien. Vous pouvez trouver l’article expliquant davantage le projet ici.

Cette série de 5 articles nous permettra de connaître différentes expériences de gens qui vivent le « homeschooling » en Alberta. Je vous invite aussi à lire l’article Témoignage d’une famille canadienne française qui a vécu la scolarisation à domicile en Alberta ainsi qu’en Ontario. La maman éducatrice y explique très bien comment les deux provinces fonctionnent.

Sans plus tarder, voici donc un premier témoignage d’une famille vivant l’école à domicile.

par Sarah Tremblay

 

Depuis cinq ans, moi et mon mari enseignons à nos cinq enfants à la maison. Notre fille ainée a 10 ans et la plus jeune a 17 mois.

Nous avons pris la décision d’enseigner nos enfants à la maison après beaucoup de recherches, beaucoup de questions et beaucoup de conversations avec d’autres parents.  Voici les quatre raisons qui nous ont convaincues que la meilleure façon d’éduquer nos enfants c’était chez nous.

  1. Les écoles proches de chez nous étaient complètes. Pour inscrire notre fille a l’école publique, on aurait eu besoin de l’envoyer à une heure d’autobus, dans chaque direction. 
  2. Des centaines de parents manifestaient contre le gouvernement provincial parce que les standards académique diminuaient, en particulier dans les domaines de la lecture et des mathématiques.
  3. Notre fille était très gênée. Elle ne parlait pas à ceux qui ne faisaient pas partie de notre famille et elle avait des tendances vers le perfectionnisme. On savait qu’émotionnellement, elle ne pouvait pas apprendre dans une classe avec une vingtaine d’enfants. On craignait qu’elle ne poserait aucune question, même si elle ne comprenait pas.
  4. Il y a de plus en plus des problèmes d’intimidation dans les écoles.

On n’a pas regretté notre décision! Aujourd’hui, nos enfants sont sécures émotionnellement, surtout notre fille aînée. Ils aiment apprendre et découvrir de nouvelles choses. On apprécie le temps que nous pouvons passer ensemble, en famille et avec d’autres qui enseignent leurs enfants à domicile. Si nécessaire, on pourrait les mettre dans un école publique et ils seraient capables de s’intégrer, mais on ne veut pas. En faisant l’école à domicile, nous avons découvert une liberté incroyable qui nous permet non seulement d’instruire nos enfants, mais aussi de les laisser développer leurs propres intérêts. Nos enfants suivent des cours de musique, ils font partie de plusieurs équipes sportives, ils se réunissent avec d’autres personnes (enfants et adultes) à tous les jours. Tout cela a développé en eux une confiance qui les aide à bien s’intégrer dans n’importe quelle situation.

Ici en Alberta, chaque commission scolaire engage des professeurs qui ont de l’expérience avec l’école à domicile pour superviser les familles qui choisissent cette façon d’éduquer leurs enfants. Le superviseur visite chaque famille deux fois par année et est aussi disponible pour répondre aux questions, aider avec les difficultés d’apprentissage, les questions légales, etc. Lors de la première visite, au début de l’année scolaire, le superviseur prend en note les objectifs académiques pour nos enfants, ainsi que le matériel que nous avons choisi d’utiliser. À la seconde visite, à la fin de l’année scolaire, le superviseur évalue si on est satisfait des progrès faits au cours de l’année, si on a atteint nos objectifs, et les raisons qui expliquent qu’on n’a pas réussi certains objectifs.

Une des choses que nous apprécions c’est la flexibilité de développer un plan académique qui réponde aux besoins précis de chaque enfant. Nous pouvons choisir le matériel nécessaire, pas juste celui qui est utilisés par les écoles publiques. Nous participons à des sorties scolaires, des clubs, des réunions avec d’autre familles -les possibilités sont infinies!- pour enseigner à nos enfants. Et nous pouvons les laisser apprendre à leur propre rythme. La résultante est que nos enfants aiment apprendre, ils sont engagés dans le processus et ils prennent la responsabilité de leur apprentissage.

Dans les dernières cinq années, nous avons rencontré beaucoup d’autres parents qui enseignent à leurs enfants à la maison. Chaque famille est différente et a choisi l’école à la maison pour différentes raisons, mais deux choses que nous avons tous en commun: nous aimons nos enfants et nous voulons tout simplement faire la meilleure chose pour eux. La responsabilité, et le privilège, pour élever et éduquer les enfants appartient aux parents.

Advertisements

3 réflexions sur “Vivre le homeschooling en Alberta: Premier témoignage

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s